MEHRYLLEVISSE

l'esprit du tricot

 

 

résidence dans deux maisons de retraite dans le cadre du dispositif

culture à l'hôpital des ministères de la culture et de la santé

 

smr1, 2015

vêtement intégral tricoté aux mensurations de l'artiste

pièce unique

 

 

 

 

centre d'art camac - hors les murs

 

marnay sur seine / france / 15.10.2015 - 19.11.2015

commissaire jean-yves coffre, laétitia brionartin

 

 

 

Le fil des Parques: Clotho tisse le fil de la vie,

Lachésis le déroule et Atropos le coupe.

 

L’esprit du tricot est l’aboutissement d’une résidence de création

et médiation au sein de deux maisons de retraites dans le cadre du dispositif culture à l’hôpital, invité par le centre d’art Camac (Marnay sur seine - France) par Mehryl Levisse qui se situe dans une démarche de réminiscence de techniques de tricot apprises avec sa grand-mère puis oubliées avec le temps.

 

 Pour ce travail de souvenance, il s’est alternativement positionné comme médiateur, apprenant et participant au sein d’un groupe de femme dans deux maisons de retraite qui n’avaient plus pratiqué cette activité depuis des années. A raison de quatre interventions par semaine pendant un mois, ce groupe transgénérationnel a tricoté pièce par pièce une combinaison sadomasochiste (SM) en complicité avec l’artiste. Cette dernière présentée comme une œuvre est également mise en scène dans un film rappelant les captations photographiques caractéristiques du plasticien.

 

Tricoter pour oublier le souvenir sadomasochiste du corps intime. La sexualité des seniors est profane dans une société où les corps ont une date de péremption. Orgiaquer en tricotant constitue le cadre de ce projet créatif dont les acteurs ignorent la finalité de leur implication - la finalité de leur vie. Le masochisme de la vieillesse s’inscrit dans le sadisme de notre jeunesse. Le travail de ces femmes représente le fatalisme de l’obsolescence programmée de notre sexualité passée dans un Alzheimer naïf et innocent.

 

texte de Gregory Miras