MEHRYLLEVISSE

captations photographiques

jour de fête

plus royaliste que le roi

naissance patriotique

le supporter

mères cachées

parade nuptiale

marée basse sur table d'élevage

idolâtrie & hérésie

les obscurs prophéties du mage

expériences nocturnes

faire tapisserie

la longue litanie des lâchés

le langage par mimétisme

la cérémonie de la calamité

la soirée de l'olive

bondieuserie

fils de bonne famille

le culte des crânes

le lieu reposé du chevreuil

sciences occultes

idoles de pâques

chorégraphie d'une phobie du vide

la riposte de l'édredon

le cheval de troie

le fils de l'âne

le complexe de frankenstein

la scène de la berge

le repas des rapaces

l'âme des gibiers

phénoménologie de l'ego

le maître d'armes

mon beau sapin

épiphragme

la capitulation du traversin

la théorie du corps caché

pièce de linge

darja

le naufrage

le petit grenier

joyeuses fêtes

ton sur ton

la chute de l'escarpin

le profond pessimisme de l'attente éternelle

la naissance du sexe

le mathématicien (hommage à edward kienholz)

l'homme qui fut oiseau

anthropophage & carnassiers

les aventures de mickey

peau de cochon

 

volumes

le culte de l'ours

du mouvement des animaux

la peau du silence

camp.

l'espace révolutionnaire

 

collaborations

corrine and co

meryem jazouli

lebanon hanover

meryem jazouli

julie faure-brac

 

film

réalité

 

commandes

supersoft 14/18

revue terrain vague

meryem jazouli

tchikebe

festival mondial des théâtres de marionnettes

musée de la chasse et de la nature

frac champagne-ardenne

pièce unique

meryem jazouli

porceptual magazine

photo d'hotel photo d'auteur

 

multiples

orchidoclaste

obscur objet de plaisir

mauvais esprit

le cabinet des rustiques

 

le devenir collection

 

 

 

 

 

 

contessa

pièce de danse contemporaine

2015

 

réalisation des photos de communication de la pièce contessa

de la chorégraphe et danseuse meryem jazouli

   Convoquant héritages ancestraux, traditions populaires et histoires de femmes, La Contessa se présente d’abord comme un véritable voyage à travers la culture marocaine partant d’un univers symboliquement féminin, passant de la femme mystérieuse à la femme animal, de l’ensorceleuse à la prostituée … L’artiste nous emmène à la rencontre de divers personnages émouvants dans leur combat : une Aïcha Qandicha troquant sa puissante terreur pour le charme d’une odalisque alanguie, une Hajja Hamdaouia, débarrassée de son hardiesse, se travestit en une pleureuse dont la mélopée peine à s’entendre. Meryem Jazouli prête son corps à toutes ces femmes dont la représentation, souvent caricaturale, est crée, fantasmée et véhiculée par un imaginaire masculin et dont elles restes prisonnières. Au fil de la pièce, le corps de la danseuse se dégage de ses stéréotypes pour donner naissance à son propre corps, à sa vérité et son histoire : une individualité restituée d’abord par l’appropriation de son corps de femme puis dans un second temps par celui de la danseuse à travers notamment la voix qui dans un jeu subtil vient ponctuer le dialogue entre un corps absent, un corps d’ombre et son corps réel. texte de Fatima Mazmouz Chorégraphie et interprétation : Meryem JazouliEcriture: Fatima Mazmouz et Meryem JazouliCréation Lumière: Damiano FoàCréation sonore: Meryem Jazouli à partir d’oeuvresde Pascal Legal et Marc DucretPhotos: Mehryl Levisse Soutiens: Moussem-Centre Nomade des Arts d’Anvers, CCN Caen,TBA-Festival Portland, Espace Darja Remerciements: Nedjma Hadj Benchelabi (regard extérieur)