MEHRYLLEVISSE

texte de jean-paul gavard-perret

salon littéraire

france

03.2015

 

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

jean-paul gavard-perret:

Poète, critique et maître de conférences, il est

membre du Centre de Recherche Imaginaire et

Création. Il est spécialiste de l'image au

XXème siècle et de l'oeuvre de Samuel Beckett.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

 

mehryl levisse, l'homme objet

 

 

Mehryl Levisse casse les codes. Il casse aussi les corps. chez lui ils ne sont jamais totalement achevés.

Quant à la notion de genre elle est inversée. Photographiant les mâles comme on le fait des femmes l’artiste crée un monde des marges. L’univers est aussi drôle que visionnaire et résolument postmoderne. Levisse refuse de retoucher le corps selon les techniques contemporaines qui débordent de solutions pour le «travestir».

L’homme (le mâle) semble étouffer sous les objets et les masques. le plus souvent il n’est que solitude sans beaucoup d’âme.

 

Entre les murs, derrière des oripeaux la vie semble à minima. dur alors d’espérer un matin du monde.

Le soir n’est jamais loin. Qu’importe : l’être dans la fixité de la photographie est rendu à sa nature de quasi fantôme et de cendre. Quant au paysage il ne détourne pas le fini. Au contraire, il le renforce. reste un recueillement qui éloigne le mâle de son myhte. Bref Levisse immobilise le temps en osrte que sa suite

ne pourrait être qu’une répétition.