MEHRYLLEVISSE

la capitulation du traversin

captation photographique

2011

 

 

captation photographique non modifiée par logiciel

tirage lambda encadré / édition de 3 exemplaires + 1 épreuve d'artiste

 

 

 

 

 

 

 

Le chaos des barricades : on pense au Radeau de la méduse de Géricault doublé d'un

Liberté guidant le peuple d'Eugène Delacroix, dans lesquels il n'y aurait qu'un seul protagoniste, le naufragé d'une bataille... Quelle bataille ? Quel naufrage ?

 

L'homme, sans armure, sans même un vêtement autre qu'un journal façonné en casque de fortune, semble prêt à donner l'offensive. Les couleurs sont levées ! Ce sont celles de la France. Accroupi au milieu d'un bric-à-brac baroque composé de vieux meubles de grand-mères, de trophées de chasse d'animaux exotiques, de coussins de velours brodés au fil d'or, d'un tapis roulé, d'une lampe de chevet, d'une poupée bourgeoise, autant de sujets qu'il mène à la bataille, brandissant un chandelier comme on brandirait une épée au devant de l'ennemi, un ennemi dont nous ignorons tout, et qu'il met en garde : nous ne capitulerons pas !

 

Hymne au courage. Hymne aux grand destins que l'on rêve pour soi, une nuit, seul dans une chambre chargée d'histoire(s).

 

texte de Audrey Koulinsky