mehryl levisse

hôtesses

performance

2019

 

 

le mo.co. hôtel des collections

montpellier / france / 08.06.2019 - 28.07.2019

commissaires nicolas bourriaud, vincent honoré, anya harrison, anna kerekes,

rahmouna boutayeb & jacqueline kok

 

activation de la performance à l'occasion de l'exposition

100 artistes dans la ville - ZAT 2019 au mo.co. montpellier contemporain

durée : 3h00

interprètes clarissa baumann, eva debreceni, mélissa gouillard & alba sagols

performance produite par le MOCO avec le soutien de la Ville de Montpellier

dans le cadre de l’exposition 100 artistes dans la ville – ZAT 2019

 

crédit photo © célia pernot

 

→ voir le film sur la performance

 

 

 

 

 

Dans les salons automobiles, de bricolage ou de jeu vidéo, certaines hôtesses portent parfois des tenues ou

des déguisements sexy et sont surnommées booth babes (ou simplement babes). Bien que cette pratique

tende à disparaître, elle continue à exister dans certains domaines comme l'électronique ou les jeux vidéo.

Cette forme de présentation a été largement dénoncée, du fait de l'image sexiste de la femme qui serait ainsi

véhiculée, mais aussi en raison du caractère inutile de ces hôtesses, qui n'ont généralement guère de

connaissances sur le produit. Elles ont été interdites dans plusieurs salons, notamment dans le jeu vidéo à la

Penny Arcade Expo ou l'Eurogamer Expo.

 

Pour  sa performance « Hôtesses », l’artiste s’est inspiré de l’uniforme-tailleur noir des hôtesses présentes dans

les aéroports ou événements officiels et politiques. Il fait le parti pris de ne conserver que la couleur du tailleur

et de faire disparaître l’identité de ses personnages pour ne conserver que la silhouette et la bouche qui devient

l’élément symbolisant cette fonction « être hôtesse», maquillée de rouge elle est également une métaphore de

la féminité voire de l’érotisme rappelant la semelle rouge des chaussures que porte les hôtesses de la performance.