mehryl levisse

exhibitions

performances

works + projects

texts

press

curriculum vitae

la présence fantomatique de la marquise de maillet

installation in situ

2014

 

 

château de la motte tilly

centre des monuments nationaux

la motte-tilly / france / 29.06.2014 - 17.08.2014

commissaire aymeric peniguet de stoutz

 

techniques mixtes

installation dans l'ensemble des pièces de vie du château

et au sein de la collection de celui-ci

 

 

 

 

 

Le centre d’art Camac de Marnay sur seine et le Château de la Motte Tilly, Centre des monuments nationaux, proposent de découvrir la richesse et la variété de l'œuvre de Mehryl Levisse. Les mystères impénétrables et La présence fantomatique de la marquise de Maillé sont les deux volets d’une seule et même exposition nommée Le réconfort du culte.

 

La première conçue et imaginée pour la galerie du centre d’art Camac est une immersion dans l’univers que l’artiste au fur et à mesure de ses réalisations dans lesquelles corps et environnement ne font qu’un faisant le choix de l’unique médium photographique pour l’exposition, son corps s’étale sur des formats monumentaux (entre 4m et 7,5m), faisant ainsi disparaitre tous les murs de la galerie les substituant par sa personne.

 

Le deuxième volet prend le contre-pied absolu du format monumental choisi pour Camac en s’inscrivant dans le presque invisible du château. La présence fantomatique de la marquise de Maillé est également un projet in-situ qui utilise le patrimoine, la collection, le mobilier et l’histoire du château de la Motte Tilly. En intervenant de manière ponctuelle et subtile il intègre, ajoute ou substitue au sein de la collection, afin de la contaminer et de modifier le regard que l’on porte dessus. Appuyant volontairement le caractère discret de ses multiples interventions, cela permet aux spectateurs et habitués de redécouvrir la collection via une «recherche» de ses intrusions au sein du château, à l’inverse un spectateur distrait et non avisé ne remarquera pas sa présence, rendant son travail et sa présence totalement invisible.

 

texte de Jean-Yves Coffre

Directeur du Centre d'art Camac

 

français

anglais